Le crépuscule des chrétiens d’Orient ?

Le 11 décembre dernier, un attentat contre une église copte, au Caire, faisait 25 morts. Quel avenir pour les chrétiens dans cette partie du monde ?

01/01/2017 à 12:39 par La Rédaction Croix du Nord

Les coptes en Égypte ont été visés par un attentat le 11 décembre 2016, qui a fait 25 morts, en majorité des femmes et des enfants.
Les coptes en Égypte ont été visés par un attentat le 11 décembre 2016, qui a fait 25 morts, en majorité des femmes et des enfants.

Le 11 décembre dernier, un attentat contre une église copte, au Caire, faisait 25 morts. Ce massacre, qui n’est ni le premier ni le dernier, est venu une nouvelle fois rappeler la précarité de la présence chrétienne en Orient alors que certains groupes djihadistes, dont Daech qui a revendiqué l’attentat, déclarent vouloir purifier les « terres d’islam » de la présence des kuffars, des « infidèles ».

Pourtant, il est nécessaire de ne pas se laisser aveugler par de tels actes qui contribuent à véhiculer l’image d’une religion musulmane essentiellement violente et intolérante : gardons à l’esprit que si des maronites, des coptes ou des assyro-chaldéens continuent de prier le Christ au Liban, en Égypte ou en Irak, c’est qu’ils n’en ont jamais été chassés.

Pendant très longtemps, il faut s’en souvenir, l’Islam a été infiniment plus tolérant aux autres confessions que ne l’a été la Chrétienté. Il y a des chrétiens d’Orient alors que jusqu’à très récemment, il n’y avait pas de musulmans d’Andalousie. Reste que les temps sont défavorables aux chrétiens d’Orient.

Cela ne date pas d’hier. Le XXe siècle, inauguré par le génocide des Arméniens, a été pour eux celui d’un long déclin. Alors qu’ils représentaient peut-être 12 % de la population proche-orientale vers 1900, ils sont désormais moins de 5 %. Divers facteurs expliquent cet effacement.

D’abord, leur confession a permis aux chrétiens d’Orient de davantage fréquenter les écoles fondées par les différents ordres religieux durant la période coloniale. Ils ont donc bénéficié d’une meilleure instruction que la majorité de la population. Ce surcroît d’éducation a entraîné une baisse de la natalité parmi eux alors que les classes populaires musulmanes restaient toujours aussi fécondes.

L’apprentissage de langues européennes leur a également offert la possibilité de partir sous d’autres cieux quand les difficultés sur place sont devenues trop importantes : les chrétiens d’Orient se sont alors exilés en masse vers l’Europe et l’Amérique du Nord.

Surtout, l’évolution du Proche-Orient leur est devenue de plus en plus défavorable. Le nationalisme arabe, qui fondait « l’arabité » sur une langue partagée, l’arabe, laissait toute leur place aux chrétiens.

Cette islamisation des sociétés a de plus en plus relégué les chrétiens à la marge et les a poussés à partir.

Son échec face à Israël lors de la Guerre des Six-Jours (1967) a conduit à une redéfinition de l’identité arabe, de plus en plus fondée sur l’islam. Cette islamisation des sociétés a de plus en plus relégué les chrétiens à la marge et les a poussés à partir. La situation des chrétiens d’Orient s’est encore brutalement aggravée depuis le début du XXIe siècle, notamment en Irak et en Syrie.

En Irak, l’invasion états-unienne de 2003 a mis un terme à l’apparence de paix interconfessionnelle qui régnait jusqu’alors. Les chrétiens d’Orient ont été associés, contre leur gré, à l’envahisseur occidental, au point qu’on a vu en eux une espèce de « cinquième colonne ».

Vexations, agressions et attentats

Vexations, agressions et même attentats se sont multipliés, les poussant à fuir. Surtout, lorsque l’État islamique a pris le contrôle de la plaine de Ninive, autour de Mossoul, à l’été 2014, il a contraint les chrétiens qui y vivaient à choisir entre la conversion, l’exil et la mort. C’est une véritable épuration qui s’est opérée dont rien ne dit qu’elle n’est pas définitive tant les obstacles à un éventuel retour sont nombreux.

En Syrie, la même cause a produit les mêmes effets : les chrétiens ont dû quitter les zones tenues par Daech ou la milice islamiste du Front Al-Nosra. Pourtant, on entrevoit tout de même quelques signaux positifs. Les États jordanien, égyptien et libanais ont ainsi plusieurs fois rappelé leur détermination à défendre la présence chrétienne sur leur territoire.

Les kurdes, un espoir ?

Surtout, certaines recompositions à l’oeuvre en Orient depuis le début de la guerre syrienne pourraient être à terme favorables aux chrétiens. Les combattants kurdes, qui forment l’une des principales forces d’opposition à Daech sont désormais capables de tenir des territoires en Irak et en Syrie qui, s’ils ne deviennent pas des États indépendants, pourront sans aucun doute jouir d’une très large autonomie à la fin de la guerre.

Or le mouvement national kurde a fait de la défense de la diversité confessionnelle un cheval de bataille. Abdullah Öcalan, son principal leader, écrivait ainsi aux chrétiens en 2015 que « c’est la responsabilité des Kurdes de préserver les cultures anciennes de Mésopotamie. Cette terre nous appartient à tous… ».

Eli, eli, lema sabachtani ? Mon Dieu, mon Dieu, p o u r q u o i m’ a s – t u abandonné ?

Si tout n’est donc pas absolument noir, la situation est néanmoins très difficile pour les chrétiens, spécialement en Irak et en Syrie. Ceux-là ont vu leurs maisons pillées et leurs églises détruites.

Et peut-être que dans certaines de ces bouches qui parlent encore l’araméen, la langue de Jésus, résonnent les mots que celui-ci prononce sur la Croix : Eli, eli, lema sabachtani ? « Mon Dieu, mon Dieu, p o u r q u o i m’ a s – t u abandonné ? ».

Cyprien Mycinski

Sébastien de Courtois, Sur les fleuves de Babylone, nous pleurions, Stock, 2015.

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Votre journal cette semaine

Votre opinion

Caméras pour la police municipale : pour ou contre ?
Voir le résultat
Chargement ... Chargement ...

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Lille - Samedi 27 mai 2017

Lille
Sam
27 / 05
29°/16°
vent 47km/h humidité 50%
Dim28°-15°
Lun28°-19°
Mar22°-15°
Mer23°-12°
Résultats sportifs de votre région
Go